Hémochromatose Génétique Liée

Hémochromatose Génétique Liée

Hémochromatose génétique liée à HFE. Forme la plus fréquente d'hémochromatose liée à des mutations du gène codant pour la protéine HFE, situé sur le bras court du chromosome 6.

NetPilote création de site internet comité d'entreprise experts en sites dynamiques.

mardi 11 décembre 2018

Hémochromatose Génétique Liée à HFE

denrées alimentaires

La forme la plus fréquente d'hémochromatose est liée à des mutations du gène codant pour la protéine HFE, situé sur le bras court du chromosome 6. L'hémochromatose liée à HFE correspond essentiellement à un statut génétique d'homozygotie pour la mutation C282Y (remplacement en position 282 d'une cysteine par une tyrosine) constaté chez plus de 90% des patients caucasiens porteurs de critères phénotypiques stricts d'hémochromatose. Dans une proportion beaucoup plus limitée de cas, il existe une hétérozygotie " composite ", qui est essentiellement l'association C282Y+ / H63D + (substitution en position 63 d'une histidine par un acide aspartique), responsable en général d'une surcharge en fer modérée.

La maladie se caractérise par une surcharge tissulaire en fer liée à une hyperabsorption digestive persistant malgré la surcharge. Elle est donc secondaire à un défaut de régulation de l'absorption intestinale du fer.

La mutation C282Y entrave l'association de la protéine HFE avec la ß2- microglobuline. La protéine n'est alors plus exprimée sur la membrane basolatérale de la cellule cryptique associée au récepteur de la transferrine R-Tf. Les cellules entérocytaires duodénales auraient, dans cette situation, les caractéristiques fonctionnelles d'une cellule pauvre en fer malgré la surcharge tissulaire : augmentation de l'activité IRP (Iron Responsive Protein, protéine intra-cellulaire régulant en fonction du stock de fer les ARNm de la ferritine et de R-Tf), diminution des ARNm de la ferritine, augmentation des ARNm de R-Tf et de DMT1 (Divalent metal Transporter. Protéine transportant le fer à l’intérieur des cellules). Ainsi, HFE mutée fournirait un signal aberrant à la cellule cryptique, en limitant la captation de fer plasmatique lié à la transferrine, en diminuant ainsi le pool régulateur de fer libre intracellulaire, étant ainsi responsable d'une hyperabsorption. Des études ont montré qu’ HFE sauvage exerçait une régulation négative sur l'entrée du fer dans la cellule cryptique, l'absence de protéine HFE à la surface cellulaire devrait donc avoir, à l'inverse de ce qui est observé, une action positive sur l'entrée du fer dans la cellule. Il persiste donc un chaînon explicatif manquant : fonction d'HFE dans le compartiment intracellulaire notamment au niveau de la vésicule d'endocytose ? Interaction entre HFE et les autres protéines du métabolisme du fer ? …

Il a été récemment décrit de nouvelles mutations du gène HFE (IVS3 + IG -> T, I105T, G93R, S65C, G168T, G169A …) dont la présence pourrait expliquer les surcharges en fer importantes observées chez certains hétérozygotes pour C282Y.

Retour en haut de page

Physiopathologie des surcharges en fer
Docteurs Audrey IMBERT, Luc DARNIGE, Jean Claude BARBARE - CH de Compiègne
01 septembre 2001

Retour en haut de page