Rôle Protéine HFE

Rôle Protéine HFE

Rôle Protéine HFE dans Absorption Fer. Maladie génétique, hyperabsorption intestinale du fer, surcharge hépatique en fer puis cirrhose, transmission autosomale récessive du gène.

NetPilote création de site internet comité d'entreprise experts en sites dynamiques.

mardi 11 décembre 2018

Rôle de la proteine HFE dans l'absorption du fer

denrées alimentaires
Rôle de la proteine HFE dans l'absorption du fer : Je crois que j'ai compris
(ou : HFE pour les nuls)

Jean-Claude Barbare - CH de Compiègne
28 janvier 2002
Retour en haut de page

A propos de l'article "Molecular aspects of iron absorption and HFE expression. Parkkila S et al. Gastroenterology 2001;121:1489-96 [résumé Medline]. [plein texte sur le site de gastroenterology pour les abonnés]

L'hémochromatose concerne le gastro-entérologue mais l'aspect "moléculaire" et la physiopathologie rebutent souvent le (vieux) clinicien ; quand même, on aime bien comprendre ce que l'on fait !
Maladie génétique, hyperabsorption intestinale du fer, surcharge hépatique en fer puis cirrhose, transmission autosomale récessive du gène, OK, mais le rapport entre la mutation, la protéine HFE, l'absorption du fer en situation normale et pathologique, tout cela a échappé pour l'instant à ma compréhension, du moins sous la forme d'un schéma simple ; de plus, si j'ai bien compris, il existait jusqu'à présent une impasse dans le raisonnement des chercheurs, les constatations expérimentales contredisant les hypothèses logiques ; c'était "l'aporie du fer" ! (NDLR : comme chacun sait, une aporie est un raisonnement philosophique sans solution).

Et voici cet article au titre un peu austère ; après l'avoir lu, j'ai l'impression d'avoir compris "comment ça marche" ; certes, le schéma physiopathologique n'est pas encore totalement validé, mais il paraît tenir la route ; j'essaie donc de le résumer, et que les puristes me corrigent si je pèche.

La scène se passe dans le duodénum ; les entérocytes naissent dans les cryptes, puis pendant leur maturation et leur différenciation, migrent vers le sommet des villosités ; c'est à cet endroit que, devenus "villositaires", ils auront pour fonction (entres autres !) d'absorber le fer ; les passages du fer de la lumière intestinale vers l'entérocyte villositaire puis de celui-ci vers le sang circulant se font grâce à des transporteurs nommés respectivement DMT1 et Ferroportine 1. La protéine HFE ne joue aucun rôle à ce niveau.

Le principe de la régulation de l'absorption du fer est que la cellule, au stade cryptique, prend au contact du sang circulant l'information concernant les stocks de fer de l'organisme. Cela programme dans la cellule le degré d'expression des transporteurs DMT1 et Ferroportine 1, ce qui déterminera l'importance de l'absorption du fer par la cellule lorsqu'elle sera devenue "villositaire".

Voici "comment ça marche" à l'état normal : la protéine HFE, grâce à une liaison avec la b2microglobuline, s'exprime à la surface de l'entérocyte cryptique, au pôle baso-latéral, c'est-à-dire au contact du sang circulant ; HFE est étroitement liée, physiquement et fonctionnellement, au récepteur de la transferrine (Tf-R) ; cet ensemble HFE + b2microglobuline + Tf-R facilite l'entrée du fer lié à la transferrine (qui est la principale forme de fer circulant) dans la cellule cryptique ; la quantité de fer stockée dans l'entérocyte, reflet donc du fer circulant, programme le niveau d'expression des transporteurs DMT1 et Ferroportine 1 qui agiront ultérieurement sur l'absorption villositaire ; celle-ci sera donc, chez l'homme normal, adaptée aux besoins.
En cas d'hémochromatose génétique, la structure de la protéine HFE est modifiée du fait de la mutation C282Y ; HFE ne peut plus se lier à la b2microglobuline et s'exprimer à la surface des cellules cryptiques ; l'absorption du fer étant de ce fait fortement diminuée, les entérocytes cryptiques se retrouvent dépourvus de fer ; croyant l'organisme carencé en fer, ils vont donc, pendant leur différenciation et leur maturation, surexprimer les transporteurs DMT1 et Ferroportine 1 ; après migration, l'entérocytre devenu villositaire se livrera ainsi pendant toute sa vie à une hyperabsorption de fer.

Etonnant, non ?

JC Barbare

PS : l'article est agrémenté d'un schéma très clair

Retour en haut de page