MICI et Grossesse

MICI et Grossesse

MICI et Grossesse. Les maladies inflammatoires chroniques de l’intestin (MICI) atteignent souvent des femmes en âge de procréer, et l’effet de la maladie (et traitements) sur la grossesse reste discuté.

NetPilote création de site internet comité d'entreprise experts en sites dynamiques.

mardi 11 décembre 2018

Maladies Inflammatoires de l’Intestin et Grossesse : une méta-analyse

denrées alimentaires

Les maladies inflammatoires chroniques de l’intestin (MICI) atteignent souvent des femmes en âge de procréer, et l’effet de la maladie (et de ses traitements) sur la grossesse reste discuté. Une équipe londonienne a réalisé une méta-analyse des études publiées entre 1980 et 2006 comparant le résultat de la grossesse de femmes atteintes ou non de MICI.

Les 12 études retenues totalisaient 3907 malades atteintes de MICI (Maladie de Crohn 63%, rectocolite hémorragique 36%) et 320.531 témoins. Chez les femmes atteintes de MICI, il y avait une augmentation du risque de prématurité (OR 1,9, IC95%:1,5-2,3 pour un accouchement avant 37 semaines), de poids de naissance < 2,5 kg (OR2,1 ; IC95% 1,4-3,2) seulement en cas de maladie de Crohn, du risque de césarienne (OR1,5 ; IC 95% :1,3-1,8) seulement en cas de maladie de Crohn et d’anomalies congénitales (OR 2,4 ;IC 95%:1,5-3,8), mais pas de retard de croissance intra-utérin ni de morts-nés.

Il n’y avait pas d’augmentation de l’incidence des avortements spontanés, des morts-nés, de grossesse extra-utérine ni de petit poids de naissance dans de cohortes de malades traitées par amino-salicylates, corticoïdes, azathioprine ou anti-TNFα.Comme toujours cette méta-analyse a des limites, principalement celle que l’activité de la maladie à la conception et pendant la grossesse n’était pas connue (on sait que ces facteurs augmentent le risque de prématurité). La fréquence des évènements observés est basse, et, pour les anomalies congénitales, il n’y a aucune description détaillée. Quant au risque de césarienne, il est sans doute plus lié à des indications à priori qu’à des césariennes de nécessité.

Les recommandations classiques restent donc valables : conception et grossesse en dehors des poussées, surveillance comme une grossesse à risque, pas d’arrêt intempestif des traitements pendant la grossesse, discussion conjointe (obstétricien/gastroentérologue) de l’indication de la césarienne.

Alexandre Pariente

Cornish J et al. Gut 2007 ; 56 :830-7 [Résumé]

Retour en haut de page