Endobrachyoesophage EBO et

Endobrachyoesophage EBO et

L’endobrachyoesophage EBO, métaplasie intestinale de la muqueuse oesophagienne est une complication du reflux gastro-oesophagien, principal facteur de risque de développer adénocarcinome de l’œsophage.

NetPilote création de site internet comité d'entreprise experts en sites dynamiques.

mardi 11 décembre 2018

EBO et Surcharge Pondérale

denrées alimentaires
Endobrachyoesophage et surchage pondérale : le lien passe par le ventre

L’endobrachyoesophage (EBO, métaplasie intestinale de la muqueuse oesophagienne) est une complication du reflux gastro-oesophagien, et le principal facteur de risque de développer un adénocarcinome de l’œsophage, un cancer dont l’incidence va croissant. La surcharge pondérale est, avec le reflux chronique, le principal facteur de risque d’adénocarcinome oesophagien.
Deux travaux récents suggèrent que c’est l’obésité abdominale, comme pour le diabète et le risque cardiovasculaire, qui est le lien entre surcharge pondérale et EBO.

Dans le premier, californien, 320 nouveaux cas d’EBO furent appariés à 316 malades ayant un reflux sans EBO, et 317 témoins indemnes des deux, et interrogés par téléphone (avec un taux de réponse de 37 à 47%). Il y avait une corrélation significative entre le tour de taille (ajusté pour l’indice de masse corporelle[IMC]) et l’ existence d’un EBO, l’augmentation du risque apparaissant pour un tour de taille> 80 cm (OR 2,5, IC95% 1,2-5,2) entre EBO et témoins, avec ensuite un plateau ; en revanche, entre EBO et reflueurs sans EBO, l’augmentation du risque n’était pas significative (OR 1,5, IC95% 0,8-2,7). Le tour de taille était également lié à la sévérité des symptômes de reflux ; l’association entre tour de taille et EBO était atténuée par la prise en compte de la sévérité des symptômes de reflux. L’IMC, ajusté pour le tour de taille) n’était pas associé au risque d’EBO, sauf au-delà de 35.

Dans le second, venant de Seattle, 193 nouveaux cas d’EBO furent appariés à 211 témoins ayant un reflux sans EBO. On trouvait aussi une corrélation forte entre le tour de taille et l’EBO (OR 2,7, IC95% 1,5-4,8) pour un tour de taille entre 94 et 101 cm chez les hommes, et entre 79 et 88 cm chez les femmes, sans augmentation du risque au-delà. L’obsésité adominale augmentait plus fortement le risque d’EBO long que court (contrairement à la première étude analysée).L’association avec l’IMC était plus faible, et très atténuée par la prise en compte du tour de taille. Le contrôle des symptômes de reflux n’atténuait pas la relation entre tour de taille et EBO. Le tabac était associé au risque d’EBO (OR 2,1, IC95% 1,4-3,1), indépendamment du tour de taille, mais sans relation dose-effet, et sans diminution du risque en cas d’arrêt.

Ces études confirment un travail publié en 2005, où la graisse abdominale, mesurée sur un scanner était un facteur de risque d’EBO indépendant de l’IMC. L’existence d’un plateau dans les 2 études suggèrent que l’obésité adominale est un facteur nécessaire, mais ensuite non aggravant, du développement d’un EBO (ou bien que le tour de taille n'est pas un bon témoin du tissus adipeux viscéral chez les très grosses personnes).
Comment l’obésité abdominale pourrait-elle favoriser la survenue d’ n EBO ? L’augmentation de la graisse abdominale, en augmentant la pression intra-abdominale, pourrait favoriser le reflux, mais la relation entre graisse abdominale et pression intra-gastrique est en fait assez faible. La graisse abdominale a des propriétés métaboliques différentes de la graisse périphérique, et les produits de ce métabolisme pourraient modifier la motricité digestive, mais aussi des facteurs non liés au reflux. Ainsi l’hyper-insulinisme résultant de l’hyperproduction de certaines adipokines favorise la prolifération tumorale, ainsi que la leptine, alors que l’adiponectine, diminuée en cas d’obésité abdominale, a des effets anti-inflammatoires et apparaît comme protectrice du risque de plusieurs cancers.

Alexandre Pariente

Corley DO et al. Gastroenterology 2007 ;133 :34-41 [Résumé]
Edelstein ZR et al. Gastroenterology 2007 ;133 : 403-11 [Résumé]
Lagergren J. Gastroenterology 2007 ;133 :343-5 [pas de résumé]

Retour en haut de page